jeudi 31 décembre 2015

Coup de coeur : La conserverie met la famille en boîte

Dernier coup de cœur de l'année 2015 pour notre site.

L'occasion de vous présenter un lieu atypique, La Conserverie. Vous n'y trouverez aucun mets pour vos fêtes de fin d'année.

La Conserverie est un lieu de conservation de nos vieux albums de famille. Vous savez bien, ces photos que l'on feuillette sur album ou sur écran les soirs d'hiver et où le look des parents est souvent l'objet d'un bon moment de rire ?



Anne Delrez, la fondatrice de la structure, n'a pas de propos historique ou sociologique mais une démarche avant tout artistique.

Le lieu propose, en plus d'un fonds photo, des expositions temporaires autour de sa thématique de prédilection.

Bonne fête à tous, en famille et pensez à vos photos !


mercredi 2 décembre 2015

Coup de coeur : A table !

Les archivistes, on le sait, sont gourmands. Notre coup de cœur du mois de décembre célèbre donc la ripaille et la bonne chère !


Chaque mois, la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence propose des enregistrements sonores qui nous permettent de découvrir des recettes culinaires.

Ce mois-ci, bien évidemment, l'équipe de la phonothèque nous conseille en vue de la préparation du réveillon de Noël. Pour nous, nulle hésitation... On fera "gras" !

N'hésitez pas à vagabonder dans l'ensemble de la rubrique "recette de cuisine" (nous vous conseillons plus particulièrement la publication sur les Loukoums !).

Bon appétit et bonne dégustation !


lundi 9 novembre 2015

Lancement de l'enquête sur l'insertion professionnelle des archivistes

Chers collègues archivistes,

Encore une enquête ? Oui, et... Non ! En effet, pour la première fois, le Collectif A8 et l'Association des archivistes français (AAF) s'associent afin de mieux connaître votre profil, votre parcours, vos formations, mais également votre ressenti concernant l'insertion sur le marché du travail. Pour ce faire, nous vous avons concocté un questionnaire qui, nous l'espérons, aborde l'ensemble des réalités de l'insertion professionnelle des archivistes, qu'ils soient ou non issus d'une formation initiale.

L'enquête que nous vous proposons aujourd'hui passe donc en revue différentes thématiques qui nous semblent indispensables à une appréhension de nos métiers : profil, parcours antérieur, formation initiale, insertion et parcours professionnel, qualité du travail et concours de la fonction publique. Nous avons conscience que le questionnaire proposé est conséquent (comptez entre 30 et 40 minutes pour le compléter), cependant cela est inévitable si nous aspirons à couvrir la diversité des parcours suivis par les archivistes. A une majorité de questions factuelles s'ajoutent plusieurs rubriques « ouvertes » afin que vous puissiez librement vous exprimer.

Le questionnaire est accessible sur cette page : https://fr.surveymonkey.com/r/enquete_emploi


Il sera en ligne jusqu'au 9 janvier 2016. Une restitution des premières conclusions de l'enquête sera proposée dans le cadre du prochain Forum des archivistes organisé par l'AAF et qui se tiendra à Troyes du 30 mars au 1er avril 2016.


Qui sommes nous ?

Les associations des étudiants et diplômés en archivistique sont rassemblées depuis 2003 au sein d'un Collectif dit Collectif A4, A7, A8, etc., au fur et à mesure que de nouvelles associations se joignaient au noyau initial. L'aide à l'insertion professionnelle est un objectif fondamental du projet associatif de ce Collectif, à l'origine de la création d'un Bureau emploi commun qui collecte et diffuse tous les quinze jours des bulletins des offres de stages et emplois aux adhérents des associations qui le composent.

Dans ce cadre, le Collectif est à l'origine de deux enquêtes relatives à l'insertion professionnelle de ses adhérents, en 2005 et 2009. Un bilan quantitatif et qualitatif a été produit à l'issue du dépouillement des résultats du questionnaires de l'enquête de 2005 et a donné lieu à un article dans la Gazette des archives. Le questionnaire de 2009, en revanche, n'a malheureusement pas pu faire l'objet d'un dépouillement.


Une nouvelle enquête, pourquoi ?

Début 2015, le souhait de lancer une nouvelle enquête dans la continuité de celles réalisées précédemment émerge au sein du Collectif. Cette fois-ci, nous avons voulu l'élargir à l'ensemble des professionnels du monde des archives, quelle que soit leur formation initiale et qu'ils soient membres ou non d'une association, afin de toucher le plus de monde possible et pouvoir dessiner un panorama de la profession témoignant pleinement de sa diversité.

Le Collectif et l'AAF, par l'intermédiaire de sa commission Formation, emploi et métiers (Cofem), ont choisi d'être partenaires sur ce projet. Notre objectif commun est d'aboutir à la réalisation et l'exploitation d'une enquête globale permettant de dresser un état des lieux de la situation des archivistes en matière d'emploi, et ainsi répondre aux nombreuses questions que l'on se pose : quelles formations pour quels métiers ? Quelle adéquation entre formation initiale et attentes des employeurs ? Quelle préparation aux nouvelles compétences liées à un contexte technique et réglementaire en permanente mutation ? Quelle réalité sur le terrain après les années de formation et de stages ? Etc. Notre volonté est également de soumettre aux participants un questionnaire englobant l'ensemble des situations professionnelles pouvant exister dans nos métiers, nous espérons y être parvenus !

Notre souhait, en réunissant ce matériau, est bien évidemment d'alimenter la réflexion sur l'insertion professionnelle des étudiants et de nos collègues nouvellement archivistes. Cela permettra au Collectif et à la Cofem d'être force de proposition concernant aussi bien l'amélioration des formations initiales que l'organisation des concours de la fonction publique, pour ne citer que deux enjeux très actuels de notre profession.


Maintenant, à vous de jouer !


Nous vous remercions d'avance pour votre participation et espérons que vous prendrez plaisir à partager sur votre parcours d'archiviste !

Maud Jouve
Vice-présidente de l'AedAmu
Pour le groupe de travail Enquête sur l'insertion professionnelle des archivistes

mardi 3 novembre 2015

Coup de coeur : Retour sur la JICC 2015 aux Baux-de-Provence


Samedi 31 octobre avait lieu la journée annuelle d’intégration et de convivialité de notre association. Après la visite du dépôt des Archives départementales d’Aix-en-Provence, du MuCEM et du musée d’Histoire de Marseille, c’est sous un soleil radieux que six de nos membres se sont retrouvés devant les Carrières de Lumière près de la non moins radieuse cité des Baux-de-Provence ! 

Une bonne heure et demi de visite fut nécessaire pour s’immerger dans ce magnifique spectacle vivant offert par Espace Culture qui gère le site. Les tableaux des grands maîtres de la Renaissance italienne Michel-Ange, Raphael et Leonardo da Vinci se sont succédé pendant 45 minutes sur les murs immenses des anciennes carrières, sur des musiques qui collant parfaitement avec le caractère majestueux des œuvres. Les membres présents furent totalement émerveillés et ravis d’avoir effectué le déplacement !




video

 Un pique-nique près des carrières puis un café pris dans le village permirent d’échanger sur des sujets d’actualité de la sphère archivistique. Il s’agit là de moments enrichissants que souhaite encourager l’association. C’est en effet lors de ces échanges que les réseaux se créent et que les moindres informations pratiques sur la formation, les concours et la carrière d’archiviste se glanent ! Les « anciens » se font en effet l’écho d’une expérience acquise sur le terrain et n’hésitent pas à transmettre leurs connaissances.

Nos membres n’ont cependant pas oublié de prendre « du bon temps » avec l’habituelle activité photos et par une traditionnelle partie de pétanque remportée pour le coup par les « nouveaux » sur les « anciens », sur le score fleuve de 13 à 6 !




Nous remercions les membres présents pour leur participation et leur joie de vivre et nous vous donnons rendez-vous prochainement pour une nouvelle journée de convivialité ! 

Le bureau de l’AedAmu

vendredi 30 octobre 2015

Compte rendu de l'Edit-a-thon du 23 octobre 2015

Vendredi dernier, nous vous en parlions sur notre blog, avait lieu à la MMSH d'Aix-en-Provence un edit-a-thon organisé notamment par sa phonothèque. Notre président, alias @macgraveur, y a participé et partage aujourd'hui ses impressions sur cette enrichissante initiative !

De l'aveu même de Véronique Ginouvès, l'edit-a-thon est une nouvelle expérience pour la phonothèque de la MMSH. On sent effectivement un peu d'hésitation dans la mise en place, le temps que chacun trouve sa place : les membres de la phonothèque, les wikipédiens, une chercheuse en sociologie et les gentils contributeurs (dont moi donc).

Mais assez rapidement les temps s'enchaînent sans heurt et la journée a, je n'en doute pas, enrichi chacun des participants.

La matinée débute par une mise en contexte de cette journée dans le cadre plus large du projet Europeana Sounds. Puis SaraCasella Colombeau, Docteure en Science Politique, nous apporte sa vision de chercheuse sur les migrations, notamment en abordant le sujet ô combien complexe de la sémantique (migrant, réfugié, étranger, immigré, seconde génération, etc.).

Les trois wikipédiens, dont deux venus spécialement de Paris, peuvent ensuite présenter le fonctionnement et surtout ce que j’appellerai l'esprit Wiki. Si le maître mot est la collaboration horizontale, Wikipédia n'est pas le Farwest que certains pensent. Wikipédia a ses règles techniques, éditoriales et même éthiques.

L'équipe de phonothèque passe enfin à l'aspect plus technique. De l'utilisation d'Audacity (logiciel libre et gratuit de montage sonore) aux règles de nommage en passant par l'enrichissement des métadonnées, les bénévoles venus à la MMSH ont été très bien briefés. Il est important de souligner que si cet editathon a fait appel à un travail bénévole et amateur, la qualité de la production réalisée ne être mise en doute. Le but n'est pas de fournir des illustrations pour des pages wikipédia mais bien de les enrichir de nouveaux matériaux.

Chacun des participants est finalement passé à l'action en débutant par une sélection dans les fonds de la phonothèque et en débutant les premières écoutes. Ce travail de dépouillement n'est pas facile, notamment en raison de la masse d'enregistrements et aux temps d'écoutes qui peuvent s'avérer longs et fastidieux.





Une fois repéré un extrait que l'on estime pertinent, reste à faire le lien avec une page sur Wikipédia. Il nous a fallu aussi parfois enrichir, voir corriger, les pages en question pour y intégrer nos extraits sonores.

La manipulation d'Audacity n'a pas forcément été aisée pour des novices mais les membres de la phonothèque étaient présents pour nous guider. Le versement des extraits sonores dans Commons (la bibliothèque média de Wikipédia) est, quant à elle, plutôt intuitive et fluide.

Au final, une petite dizaine d'extraits sonores sont venus enrichir l'encyclopédie participative. Mais les fonds de la phonothèque contiennent encore des heures de témoignages qui pourront dans le futur être utilisées par les wikipédiens que nous sommes tous dorénavant grâce à cet editathon ! Car le plus important de cette journée n'est pas le nombre d'extrait mis en ligne mais le potentiel d'essaimage que chacune des personnes présentes à cet événement constituera dans le futur.

Voici quelques exemples de pages ayant fait l'objet d'un enrichissement durant cet editathon :

Vous pouvez aussi retrouver l'ensemble des tweets autour de cet événement à travers le storify réalisé par Mme Ginouvès !

vendredi 16 octobre 2015

Edit-a-thon, kezako ?

On le sait, les institutions conservant notre patrimoine, que ce soient musées, bibliothèques, services d’archives ou, dans notre cas, phonothèques, se tournent de plus en plus vers les nouvelles technologies et le travail collaboratif.

La phonothèque de la MMSH vous propose ainsi en avant-première mondiale de venir enrichir l’encyclopédie Wikipedia en utilisant ses fonds audio. Si des événements de ce type existent pour la publication de documents écrits ou iconographiques, il semble que cela soit une première concernant des fichiers audio.

Le principe est simple : des fonds thématiques vous sont proposés en version numérique, à vous de trouver quelles pages de l’encyclopédie pourraient les accueillir ! Il faudra ensuite les découper via un logiciel dédié et les déposer en ligne sur la plateforme Wikimedia.

L’équipe de la phonothèque sera présente pour encadrer et guider les participants. Vous retrouverez Véronique Ginouvès, enseignante au sein de notre Master, Marine Soubrié, ancienne de notre formation, ainsi que leur collègue Ariane Nèroulidis. 

Cet edit-a-thon se déroulera le 23 octobre 2015 de 10h00 à 17h00. L'inscription est gratuite et se fait via le formulaire en ligne.

Pour plus d'informations, et pour suivre l’actualité de la phonothèque, rendez-vous sur leur carnet hypothèse !

vendredi 9 octobre 2015

Mémoires de la Belle

Du 16 au 18 octobre, rendez-vous dans le 3e arrondissement de Marseille pour un weekend consacré au patrimoine de ce quartier célèbre de la cité phocéenne.

Entre ses rues et ses nombreuses institutions culturelles, votre cœur balance ? Pas de panique ! Les Archives de Marseille, la Friche de La Belle de Mai, l'Institut national de l'audiovisuel et le Centre de conservations et de ressources du MuCEM s'associent pour la première fois afin de proposer expositions, déambulations, visites guidées, ateliers et bien d'autres activités artistiques, festives et historiques, comme autant d'invitations à découvrir la Belle de Mai et ses habitants !


Le programme et les infos pratiques sont à retrouver notamment sur le site espace culture Marseille.

A cette occasion, les Archives municipales proposeront des visites de leur bâtiment, des ateliers de généalogie (dès 10 ans) et vous pourrez découvrir leur nouvelle exposition « Futurs antérieurs » qui ouvrira ses portes ce weekend là (vernissage le vendredi soir à 18h30) !

mardi 6 octobre 2015

1915 -2015 : l'arrivée du train en gare de Martigues

A Martigues, le mois d'octobre marque la commémoration du centenaire de la ligne de chemin de fer reliant Miramas à l'Estaque. Construite entre 1905 et 1915, cette ligne exceptionnelle par son nombre d'ouvrages d'art, dont le viaduc de Caronte, a inscrit durablement son empreinte dans le paysage et participe toujours au développement industriel et urbain du territoire.

Cet événement donne lieu à différentes manifestations culturelles tout au long du mois :


  • Une exposition d'archives est proposée jusqu'au 11 octobre à la Galerie de l'Histoire de Martigues : « Il y a cent ans, l'arrivée du train en gare de Martigues ».

Est présentée une sélection de documents de la famille Roubaud (père et fils : collectionneurs de cartes postales et auteurs d'un ouvrage de référence sur la ligne de chemin de fer de la Côte Bleue, intitulé Le chemin de fer de la côte Bleue vers les plaines de la Crau) et issus du fonds des Archives communales mettant en lumière les travaux de construction de la ligne.


  • Mardi 13 octobre à 18h00 / 18h30 : conférence « Les 100 ans du viaduc ferroviaire de Caronte », sur site ou en salle des conférences de l'Hôtel de Ville (en fonction de la météo, rendez-vous à la pile du viaduc ferroviaire de Caronte), dans le cadre des Mardis du patrimoine, présentée par Thierry Durousseau, architecte.

Ce viaduc est l'ouvrage d'art le plus important de chemin de fer reliant Miramas à l'Estaque. Construit par l'architecte Paul Séjourné entre 1908 et 1915, long de 943 mètres et d'une hauteur de 24 mètres, il repose sur onze piles en maçonnerie édifiées dans la vase, certaines enfouies à 25 mètres de profondeur.


  • Réédition par le CAUE de la fiche-affiche sur la ligne de chemin de fer de la Côte Bleue.


  • Samedi 17 octobre à 19h30 : mise en lumière et en images de la gare de Lavéra par Mr. Caillou, musique et danse du conservatoire Picasso et lectures d'archives.


samedi 3 octobre 2015

Coup de coeur : Retour sur les JEP 2015

Nous revenons ce mois-ci avec un coup de cœur un peu plus archivistique ! Le mois de septembre rime chaque année avec "Journées européennes du patrimoine", un événement fort de l'année pour les archivistes.

Cette année, nous avions proposé aux membres de la Team Aeda de partager leurs JEP2015 avec l'ensemble de l'association en tweetant conjointement avec les hashtag #JEP2015 et #TeamAEDA, et en nous envoyant des photos de leur weekend consacré au patrimoine européen.

De Arles à Toulon, en passant par la Chambre de commerce et d'industrie de Marseille (où a été prise la photo ci-dessous), merci à celles et ceux qui ont joué le jeu !

 
Et voici le lien pour la storify Twitter proposée par notre président @macgraveur : 
https://storify.com/macgraveur/jep2015-teamaeda

dimanche 6 septembre 2015

Mémoires pour demain, Port-de-Bouc 1939-1945

Venez ou (re)venez vite à Port-de-Bouc, une nouvelle exposition vous y attend ! Située entre Martigues et Fos-sur-Mer, la commune créée en 1866 possède déjà une riche histoire visible à travers son fonds d’archives conservé intégralement sur place et pris en main par nos collègues du Centre de gestion des Bouches-du-Rhône depuis 1994 !

L’exposition de cette année retrace un épisode majeur de son histoire, celui de la Seconde Guerre mondiale dont le pays fête le 70ème anniversaire de la fin du conflit.

Le service de coordination culturelle de la ville, notamment grâce au travail abouti de Céline Félices (dont je ne désespère pas un jour de la convaincre de devenir membre de notre association, cherchez bien, elle apparaît souvent sur notre mur de Tweet !), a su regrouper à la fois des archives du fonds communal, des documents privés prêtés pour l’occasion - qui apportent toujours un angle d’approche différent - et des objets d’époque.

Je laisse la parole à Madame le Maire pour quelques lignes de présentation : « Consacrer les Journées du Patrimoine à cet événement, ce n’est pas seulement raconter un moment du passé de notre ville, c’est aussi sensibiliser le public aux enjeux d’aujourd’hui car les principes défendus par les Résistants d’hier (attachement à la Démocratie et à la République, respect des droits de l’Homme, la Liberté) restent des préoccupations plus que jamais d’actualité ». 

Je représenterai la #TeamAEDA lors du vernissage de l’exposition (car ayant participé de loin à sa préparation) mais je vous attends nombreux pour les autres événements de ces quinze jours ! Vous pourrez coupler votre visite avec celle du domaine de Castillon tout proche ou de l’Oppidum grec de Saint-Blaise ! A vos agendas !

Informations pratiques :
Vernissage : samedi 19 septembre à 17h30 avec de nombreuses animations prévues autour de l’exposition puis jusqu’au 4 octobre.
Lieu : Espace Gagarine, rue Charles Nédélec, Port-de-Bouc.

Deux soirées spéciales « Comme en 40 » au cours desquelles seront diffusés des films commentés, des balades patrimoniales sur la commune et sur le site du Mémorial du Camp des Milles sont également au programme de ces quinze jours d’exposition.

jeudi 3 septembre 2015

Le Mystérieux habitant de la rue de Lille

Mais qui est-il ? C’est l’édition du Match (aujourd'hui Paris Match) du 21 mars 1940 qui perce le mystère...

Il s’agit bien d’un reportage consacré aux archivistes des ambassades d’Allemagne à Paris et de France à Berlin qui, en vertu d’une convention passée entre les deux gouvernements, devaient garder les lieux et les archives conservées sur place, les bâtiments ayant en effet été vidés de leurs occupants. Quel rôle majeur attribué alors à ces hommes et à la profession d’archiviste, mise en lumière indirectement par les affres de la Seconde Guerre mondiale !

À noter l’étrange ressemblance des deux hommes, notamment sur le plan vestimentaire, à croire que le mystérieux habitant de la rue de Lille était le même que celui de l’ambassade de France à Berlin... La presse nous bernerait-elle déjà ?

dimanche 30 août 2015

Coup de coeur : Marcel Pagnol, enfant de nos collines

Ce mois-ci, le coup de cœur enthousiaste de notre enthousiaste trésorier Frédéric ! Comme à son habitude, ses passions sont communicatives...

Marcel Pagnol ! Qui ne connaît pas encore cette illustre personnalité du cinéma et de la littérature française du XXe siècle ?

Mais qui a réellement visionné en entier l’un de ses films renommés tels Marius, Fanny, Naïs, Topaze ou César ? Tout le monde connaît le célèbre passage de la partie de cartes au bar de la Marine, où César, Panisse, Escartefigues et Monsieur Brun jouent une scène désopilante (j’avais joué d’ailleurs le rôle de Panisse à l’école primaire, souvenir mémorable et premier contact avec ce créateur de génie qu’était Marcel Pagnol).

Et bien pour ma part, le mercredi 12 août, à Cadolive, j’assistais à la projection de Marius organisée par le Pays d’Aubagne et de l’Étoile dans le cadre du festival « Ciné plein air ». Ce fut la une des meilleures soirées de mon été, celle de mon premier film complet de Pagnol ! Quelle joie de découvrir les délicieux dialogues et les scènes à la fois hilarantes et sentimentales jouées à la perfection par les acteurs Raimu, Fresnay, Demazis, etc. D’autres dates sont au programme dans des communes voisines, je vous invite vivement à venir assister à une projection pour tous les habitants du coin.



Quel rapport avec les archives, me direz-vous? J’y viens ! Pour poursuivre la (re)découverte des œuvres de Marcel Pagnol, il faudra vous rendre alors sur la jolie commune d’Allauch, située à quelques encablures de Marseille, afin de visiter l’exposition intitulée « Marcel Pagnol, enfant de nos collines ». Là, des pièces d’archives uniques sont exposées, mettant notamment en lumière la correspondance de Marcel Pagnol avec le maire d’Allauch de l’époque pour solliciter l’achat d’un terrain dans les collines alentours. Il souhaitait en effet y installer son « Hollywood provençal ». D’autres pièces d’archives privées relatent à travers des croquis le projet fou de Pagnol de réaliser un film qui devait s’intituler « Le Premier Amour ». Mais je ne vous en dis pas plus…

Je vous invite donc à venir également visiter cette exposition (assez courte, une petite heure de visite seulement) située au rez-de-chaussée du musée d’Allauch (place du Docteur Chevillon).

Au passage, profitez-en pour visiter le centre historique de la commune et allez boire un verre au bar O’Cigales, avec sa vue à couper le souffle sur Marseille et sa rade !

Informations pratiques : sur le site tourisme-paysdaubagne.fr ou agglo-paysdaubagne.com et sur le site de la commune d’Allauch : allauch.com.